Les animaux de compagnie prennent une place de plus en plus importante dans les ménages québécois. Auparavant, un chien n'était qu’un simple chien alors qu’aujourd’hui ce même chien sera perçu comme un membre à part entière de la famille. Nous leur avons fait une place au cœur de notre maison et dans notre cœur également. Pour ainsi dire, nous nous attachons beaucoup plus à eux que par le passé et les derniers moments vécus avec notre animal ne sont pas les plus faciles.

Nous le savons tous, leur espérance de vie est plus courte que celle d’un humain. Malheureusement, il revient au propriétaire de l'animal de prendre la pénible décision de mettre fin à ses jours. Toutefois, il est important que vous sachiez que prendre la responsabilité d'une mort sans douleur et paisible est l'acte le plus généreux qu'un propriétaire puisse poser pour son animal de compagnie tant aimé.

La question qui revient couramment est celle concernant la douleur ou la souffrance. Est-ce que mon animal souffre? Vous devez savoir que les animaux ne démontrent pas nécessairement leur douleur en pleurant ou en hurlant. Les animaux ont tendance à adapter leurs habitudes de vie en fonction de leur douleur. À titre d'exemple, nous voyons régulièrement le chien de grande race ne plus vouloir sauter à l’arrière du camion. Comme propriétaire, vous pouvez vous poser plusieurs questions concernant sa qualité de vie :

  • Est-ce que mon animal a l’air heureux?
  • Est-il toujours enthousiaste quand vous entrez à la maison à la fin de la journée?
  • A-t-il l’air trop faible pour vaquer à ses activités habituelles?
  • A-t-il encore de l’appétit?
  • Se promène-t-il encore avec facilité?
  • Contrôle-t-il ses mictions et/ou défécations?
  • Participe-t-il encore à la vie active de la maison?

Si vous remarquez un changement de comportement chez votre animal, perte d'appétit ou réticence à jouer ou à se déplacer, cela pourrait signifier qu'il souffre. De plus, parmi les signes observés chez votre animal susceptibles de vous porter à croire qu'il est souffrant, on remarque les sentiments de douleur, agitations inhabituelles ou inconfort, positions assises ou couchées anormales, attitudes tendues, renfermées et, globalement, perte de sa joie de vivre habituelle.

Après avoir pris conscience de ces questions et d’y avoir répondu, le moment est peut-être venu de prendre rendez-vous avec votre vétérinaire. Celui-ci sera en mesure d’effectuer un examen physique complet et d’évaluer ses besoins. Le vétérinaire sera le mieux placé pour vous faire les recommandations concernant votre animal et son confort. Rappelez-vous que plusieurs signes et maux de vieillesse, comme l'arthrite, peuvent être soulagés.

Malheureusement, il vous faudra tout de même un jour ou l’autre prendre la décision. Si vous jugez que sa qualité de vie n’est plus ce qu’elle était et que la situation s'aggrave de jour en jour, le moment est venu. Vous et votre famille connaissez votre compagnon mieux que quiconque, alors essayez de prendre un jugement raisonné sur sa qualité de vie. Mais l'incapacité persistante et incurable à manger, les vomissements, les signes de douleur, la détresse, l'inconfort ou la difficulté à respirer sont des indications que l'euthanasie doit être envisagée.

Si vous espérez une amélioration de l'état de santé de votre animal de compagnie, fixer une limite de temps peut être une option judicieuse. Malheureusement, peu de chiens ou de chats meurent paisiblement dans leur sommeil à la maison. La plupart atteignent un point où leur qualité de vie n'est pas satisfaisante alors qu'ils éprouvent beaucoup de douleur. Le fait de les laisser mourir à la maison paisiblement n’est qu’un mythe car leurs derniers moments ne seront que souffrance. L’euthanasie est et restera la meilleure décision pour arrêter leurs souffrances.

Au moment de l’euthanasie, deux choix s’offrent à vous. Il est possible d’assister à l’euthanasie ou non. Cela peut vous réconforter de voir que l'euthanasie est généralement un processus rapide et sans douleur, mais, par-dessus tout, ne vous sentez pas coupable si vous êtes incapable d’y assister. Les vétérinaires et les techniciennes en santé animale choisissent leur profession parce qu'ils veulent aider les animaux. Vous pouvez compter sur eux pour traiter votre animal avec beaucoup d’empathie, même en votre absence. Si vous êtes incapable d’assister, il est toujours possible de voir votre compagnon par la suite et de passer un moment avec lui.

Préparez votre retour à la maison et attendez-vous à ce que la maison vous semble bien vide et bien triste. Essayez de chérir vos souvenirs et de parler à la famille et aux amis. Si vous avez des questions sur l'état de votre animal, alors parlez-en à votre vétérinaire. Parfois, la famille, les amis et les collègues de travail, qui n'ont pas eux-mêmes vécu une relation spéciale avec un animal, peuvent être indifférents ou faire des remarques inutiles. Dans ce cas, il est souhaitable de parler à quelqu'un qui comprendra vos sentiments. Pour les enfants, cette période peut s'avérer particulièrement bouleversante surtout s'il s’agit de leur première expérience avec la mort mais les enfants ont besoin de soutien même s'ils ne sont pas bouleversés. Il faut donc leur parler honnêtement de ce qui se passe et, dans la mesure du possible, les impliquer dans la prise de décision. Les rituels, tels que les funérailles, la confection d’un mémorial ou le montage d'un album souvenirs du chat ou du chien peuvent aider. Malheureusement, il n’y a pas de solution miracle pour vivre le deuil d’un être cher, seul le temps vous permettra de mieux vous sentir.

Si vous envisagez l'euthanasie d'un animal de compagnie en bonne santé, n'oubliez pas que la mise en adoption peut être une meilleure option. Demandez conseil à notre équipe, car nous pouvons aider à résoudre les problèmes de comportement qui sont souvent à la base de cette décision.